L’affacturage pour le secteur des Médias

 

Le marché des médias est un secteur à part entière, en constante évolution, notamment due à l’essor de la publicité en ligne et impacté par la prédominance des GAFAM. La publicité est la ressource principale de chiffre d’affaires du secteur des médias, mais ces recettes sont très fluctuantes alors que les investissements du secteur sont parfois lourds et incertains. Alors comment sécuriser le financement de cette activité dans un contexte si particulier ?

Quelle est la définition des entreprises des médias ?

Ce secteur regroupe plusieurs types d’activité :

  • La presse écrite, quotidienne ou périodique
  • Les entreprises du secteur audiovisuel (TV, radio et sous-traitants travaillant pour ce secteur comme les experts en tournage TV, prestataires techniques garants de la diffusion de contenus…)
  • Le cinéma
  • Les agences de médias : services de publicité, marketing, relations publiques, instituts de sondages…

En quoi l’affacturage est-il une solution intéressante pour le secteur des médias ?

 

Le point de départ : une analyse plus difficile de l’activité facturée…

L’affacturage repose sur le montant des factures émises par une société envers ses clients B2B. Or ce n’est pas la première solution de financement qui nous vient en tête lorsqu’il s’agit de financer son entreprise dans ce secteur. Pourquoi quelles raisons? 

Dans les entreprises de médias, les prestations effectuées relèvent le plus souvent d’un service rendu (par opposition à la production ou la vente de biens physiques) : l’analyse et la compréhension des risques et bénéfices de telles prestations n’est parfois pas chose aisée.

Par exemple, une entreprise technologique qui vend des données marketing d’audience diverses (TV, site web, etc.) peut avoir une politique de facturation très différente d’autres secteurs plus classiques: c’est souvent un mélange entre prestation ponctuelle, abonnement mensuel ou trimestriel, ou encore fonction d’un volume de données téléchargées.

Dans chaque cas, la prestation de service ayant donné lieu à une facturation nécessite une analyse un peu plus fine et peut bloquer certaines entreprises et / ou sociétés d’affacturage quant au risque d’impayé induit par cette activité.

… mais de réels bénéfices pour le financement du secteur des médias

Lorsque la phase initiale d’analyse est concluante, l’affacturage devient alors une solution adéquate à envisager pour deux raisons principales :

  • Le risque d’impayés y est plus faible que dans d’autres secteurs 
  • Les revenus sont principalement issus de prestations B2B
  • Le financement suit l’activité de l’entreprise à court terme : ce secteur peut subir une forte saisonnalité d’un trimestre à un autre, le fait que le montant de financement reçu varie avec le chiffre d’affaires permet de disposer d’une avance de trésorerie importante pour financer un pic d’activité sans avoir à recourir à d’autres prêts plus longs à mettre en place. Ce matelas de trésorerie sert également en cas de baisse temporaire des revenus publicitaires par exemple.
Affacturage-Medias

Plus que dans tout autre secteur, l’analyse préalable de l’éligibilité au financement par affacturage est primordiale

Secteur des médias et affacturage : quelles questions se poser ?

 

Plus que dans tout autre secteur, l’analyse préalable de l’éligibilité au financement par affacturage est donc primordiale, pour éviter de se voir adresser une fin de non-recevoir de la part d’un factor qui n’aurait pas pris le temps d’analyser convenablement l’activité facturée. 

Il convient donc de se demander :

  • Quelle sont les prestations vendues exactement ?
  • Qu’est-ce qui déclenche la facturation ? Selon quelle fréquence ?
  • La prestation est-elle complètement réalisée avant la facturation ? Si non, en combien de temps après la facturation est-elle complètement terminée ?

L’objectif est simple : faire comprendre à la société d’affacturage que le risque d’impayés et surtout de litiges commerciaux est en réalité très faible. 

Chez Quelfactor.fr, nous vous proposons une analyse flash de votre activité en vue d’identifier ces problématiques de facturation, et rédiger un cahier des charges en conséquence.

    Les secteurs d'activité sur lesquels nous intervenons

    Auto-entrepreneur

    E-commerce

    Défense / Sécurité

    Intérim

    Agro-alimentaire

    Négoce / Distribution

    Franchisés

    Outillage industriel

    Santé

    Téléphone : 01 55 12 10 24

    contact@quelfactor.fr

    36 boulevard de Strasbourg

    31000 - TOULOUSE